Journée Brasseries Portes Ouvertes 2008 Brasserie Strubbe à Ichtegem, Brasserie Bockor à Bellegem et Brasserie Roman à Mater

Avant d’ouvrir une bonne bouteille de champagne pour fêter le titre du Standard le soir même, j’en ai profité avec Jef et Manon pour ouvrir quelques bières… aux antipodes géographiques de Liège, à savoir l’Ouest de la Belgique. Commentaires de promenades au fil de quelques brasseries…

Après que le GPS ait pris soin de nous conduire (pour ne pas dire égarer…) sur diverses routes, nous faisons confiance à notre flair qui nous amène tout à la Brouwerij Straat à Ichtegem.


Que trouve-t-on à cette adresse? La Brasserie Strubbe.
 


Manon découvre la magie du brassage…
 


Manon découvre la magie du brassage…
 

 


Contraste entre l’inox et les foudres.
 


Dans la cour de la brasserie, dégustation de la Keyte et de l’Ichtegem’s Oud Bruin.
 


Deuxième destination: la brasserie Bockor à Bellegem.
 


Une superbe reconstitution d’un ancien établissement.
 


Un accueil impeccable et une visite qui se déroule parfaitement…
 


Un système automatisé d’embouteillage demeure toujours un plaisir pour les yeux.
 


Sous un chapiteau, dégustation de la Bellegems Bruin et de notre favorite de la journée, la Bellegems Witbier.
 


Manon profite du sens pédagogique de « Il Professore »
 


Troisième destination: Mater avec les imposants bâtiments de la brasserie Roman.
 


Enormément de monde pendant la visite… Pour nous qui sommes habitués aux « petites » visites, le contraste est édifiant…
 


Les robots accomplissent sans relâche leur boulot.
 


Ca y est, nous y sommes revenus! Bienvenue à Eine qui abrite la brasserie Cnudde.
 


Jef me dépose à Bruxelles. Le point de départ pour le GPS sera…

Zythos Bier Festival 2008

Le Zythos Bier Festival, organisé par « Zythos » dans l’entité de Sint-Niklaas, constitue une occasion idéale pour rafraîchir les mémoires ou simplement faire connaître l’existence de cette association, surtout du côté wallon de la Belgique!

Zythos, dont l’appellation fait référence au « zythum », boisson à base d’orge fabriquée à l’époque de l’Egypte antique, est une ASBL dont l’objectif est d’assurer la défense et la promotion de la bière belge. L’association est structurée sous forme de « confédération » et plusieurs organisations de dégustateurs de bières (bierproevers en néerlandais) la composent . Selon Fons MINNE, membre actif de Zythos, l’association compte désormais 2000 membres, répartis dans plus de 20 clubs à travers toute la Flandre. Ceux-ci organisent différentes manifestations brassicoles tout au long de l’année. Certaines d’entre elles, comme des soirées des dégustations, demeurent à l’échelon local, tandis que d’autres constituent des références tels le Karakterbierweekend de Vichte, le Week-End de la Fermentation Spontanée de Buggenhout, etc.

A l’échelon européen, Zythos est membre de l’European Beer Consumers Union (EBCU) dont les principaux objectifs sont de protéger la culture de la bière en Europe et le droit des consommateurs.Chaque année au début mars, un des points d’orgue de Zythos réside dans son Zythos Bier Festival (ZBF), événement renommé qui accueille des visiteurs de différents horizons qui s’adonnent au plaisir de la dégustation grâce à plus de 200 bières disponibles!

Actuellement, les activités de Zythos se cantonnent exclusivement à la Flandre. Désireuse de s’étendre et d’agir au niveau belge, Zythos est à la recherche active de clubs adhérents du côté francophone de la Belgique. Si vous êtes intéressés, veuillez prendre contact avec Fons MINNE (alfons.minne@skynet.be) qui sera en mesure de vous apporter tous les renseignements supplémentaires! A noter que vous pouvez obtenir d’autres informations sur le site Internet de Zythos (uniquement en néerlandais):http://www.zythos.be

Après cette petite exposition de faits théoriques, voici différents moments vécus lors du dernier Zythos Bier Festival qui fut assurément une très bonne cuvée!

 


La nouvelle brasserie Lupuline
 

 


Funkconnection (aka Sebastian BRANDES, brasseur à la brasserie O’Neil à Paris) est remonté spécialement de France pour assister à l’événement.
 

 


Philippe de la Forestinne en compagnie de l’organisatrice du Mondial de la Bière de Montréal.
 

 


Le sympathique Eddy POURTOIS aux commandes du stand de sa brasserie Sainte-Hélène.
 

 


Stand de la brasserie de Silly
 

 


Filip GEERTS (Belgian Beer Board) et son épouse en compagnie du « brasseur fou » des Dolle Brouwers de Diksmuide, à la table VIP de la brasserie De Regenboog.
 

 


Sloeber (aka Alain DE KERPEL) en visite chez les Forestins qui proposaient leur nouvelle « Forestinne Ambrosia ».
 

 


Christophe (magasine Mi-Orge Mi-Houblon à Arlon) en compagnie de Jean-Luc BODEUX, journaliste au quotidien Le Soir.
 

 


Assurément, il mériterait le prix du plus beau stand (qui contient de très bonnes bières!). Daniel LESSIRE de la brasserie Millevertus de Toernich accueille les dégustateurs.
 

 


Bonne humeur au stand de la brasserie de Blaugies!
 

 


Avec la fantaisie qui leur est propre, les Dolle Brouwers étaient présents!
 

 


Christophe (Magasin Mi-Orge Mi-Houblon à Arlon), son épouse et Sloeber.
 

 


Thierry à l’accueil du stand du Gambrinus Club België, un important club de tégestophiles très actif.
 

 


La brasserie De Ryck était venue avec sa gamme d’Arend.
 

 


Stand des brasseries Pirlot et Alvinne.
 

 


Quand le houblon rencontre la bière…
 

 


La brasserie Slaghmuylder se fait un film!

15ème WEBS: Bierebel à l’action!

Bien que Sohier soit habité par une petite centaine d’âmes, force est de constater qu’un intense dynamisme anime ce petit village situé près de Wellin ! Du 22 au 24 février, Sohier a vécu au rythme de son WEBS, son Week-End des Bières Spéciales. Pour bon nombre d’amateurs de bières, le WEBS marque en beauté l’ouverture d’une intense période au cours de laquelle notre pays voit fleurir sur son territoire de nombreux événements brassicoles.

A l’occasion de cette quinzième édition, les organisateurs avaient concocté une carte incluant 136 bières provenant en majorité de Belgique. 136 bières, chacune servie dans le verre adéquat, dans l’un des deux bars, l’un pour les bières portant un numéro de 1 jusque 68, l’autre de 69 à 136.

Chaque année, – Bierebel en avait déjà parlé à deux reprises, en 2004 et 2007 – , une grande convivialité règne parmi les visiteurs du Week-End des Bières Spéciales. Habitants de la région, Belges issus des quatre coins du Royaume, voisins Français dont une famille répondant au nom de… Sohier, Néerlandais, Anglais, Italiens, Américains et Australiens ont parcouru des kilomètres chacun à leur manière en vue de profiter des charmes brassicoles que procure le petit village durant tout le week-end !

Pour Bierebel, cette édition 2008 du WEBS demeurera un souvenir unique dans nos « mémoires de bières ». Suite à l’aimable invitation de l’organisateur Jean LEONET, notre site s’est joint aux festivités durant quasiment la totalité de l’événement afin d’assurer des animations.

Auprès de notre stand situé sur la scène principale, les festivaliers ont eu le loisir de participer à desconcours de dégustations répartis sur des séances d’une durée de deux heures : « nouveauté du festival », « bière fruitée », « bière d’abbaye/trappiste » et « bière de la province de Luxembourg ». L’objectif était de s’initier à la pratique de la dégustation et découvrir l’identité d’une bière. Et à la clé ? Grâce aux talents de dégustateurs de certains participants, mais aussi avec des indices diffusés par notre talentueux speaker, quatre lauréats sont repartis du WEBS avec un magnifique panier comprenant un joli assortiment de bières qui procurera assurément du plaisir une fois de retour à la maison !

Notre équipe a aussi profité de l’événement pour développer un pôle pédagogique en proposant aux visiteurs des jeux de société gratuits pour tester leurs connaissances sur la bière. Ainsi naquirent les ludiques « Mémory-Bières »« Familles de Bières » et « Bièrestorming » !

Merci à l’équipe du WEBS d’avoir convié Bierebel au cœur de l’événement !

 


Bierebel est à l’honneur dans le programme du WEBS!
 

 


Jef (aka Giuseppe SALVAGGIO) s’est chargé avec brio de l’animation au micro pendant tout le week-end. D’entrée de jeu, il présente Bierebel et les concours de dégustations aux visiteurs du WEBS.
 

 


Une carte de 136 bières…
 

 


… pour contenter les nombreux visiteurs!
 

 


Le samedi après-midi, une bourse tégestophile est organisée dans un chapiteau dressé à côté de la salle principale.
 

 


Philippe GOLINVAUX (BGV Forestinne) entouré des organisateurs du WEBS. La bonne humeur est au rendez-vous!
 

 


Mickey (aka Michael VERMEREN, Petit Mickey Illustré, BGV Forestinne) se charge du concours de dégustation. Les bières sont servies dans des verres noirs, derrière un paravent.
 

 


Après l’effort, le réconfort. Dégustations dans la bonne humeur sur les tables de notre stand.
 

 


Philippe GOLINVAUX aux commandes du concours de dégustation. Merci à la brasserie Chimay pour le support logistique.
 

 


Au terme du week-end, Jean Léonet, organisateur du WEBS, remercie publiquement Bierebel par le biais de son animateur-rallye, Jef.
 

 


Bierebel dit merci au WEBS, et à bientôt! De gauche à droite: Jef (aka Giuseppe SALVAGGIO), Pierrot (aka Pierre LEBRUN), Marie, Pompon, Francis, P.-H. LEBRUN), Afro (aka Arnaud COENEN) et Chevalier du malt (Philippe GOLINVAUX). Un grand merci également à Thierry et Sloeber pour les coups de mains donnés pendant le week-end!

Visite de la brasserie Angerik à Dilbeek

Article et photos de T. Van Linthoudt

A l’occasion de La Journée de l’Artisan organisée ce 17 février 2008, je me suis rendu à la micro brasserie Angerik à Dilbeek. Malgré le fait que cette brasserie se trouve à 2 km de chez moi, je ne l’avais jamais visitée, comme quoi, nul n’est prophète en son pays !

Devant l’entrée du garage trône un splendide camion de livraison aux couleurs de la brasserie.

Une fois la porte franchie, on pénètre dans une grande salle qui servait jusqu’en décembre dernier de garage. Le brasseur, mécanicien de formation, a fermé son garage pour se consacrer à l’enseignement de la mécanique. Quelques week-ends par an sont réservés au brassage, lorsque le stock de bière est épuisé.

La salle principale est maintenant remplie d’anciens meubles, de quelques tables de bistrots, de plaques émaillées, d’une vieille horloge murale et d’un ancien juke-box qui nous accueille avec « Let the music play » de Barry White.

La brasserie proprement dite se situe dans une annexe, avec son concasseur, ses trois cuves en inox, suffisantes pour confectionner 1000 litres par brassin et sa mini-chaîne d’embouteillage, le tout sous l’œil attentif de Gambrinus qui trône fièrement sur une étagère dans un coin de la salle.

Une ancienne cabine de peinture du garage est transformée en salle de dégustation avec tous les attributs typiques d’un ancien café. Le contraste est vraiment étonnant, un mélange de nostalgie et d’archéologie industrielle…

Seule la Boerke Blond (6,5 % vol.) est disponible pour l’instant. Une excellente bière non filtrée, refermentée en bouteille au parfum frais houblonné avec quelques pointes de girofle. La brasserie produit également la Boerke Bruin (6,5 % vol.) et la Krieken Boerke (6,5 % vol.) confectionnée avec des cerises de Schaerbeek, à l’occasion du marché annuel de Dilbeek qui a lieu en septembre.

La brasserie peut être visitée le samedi ou le dimanche. Il est conseillé de téléphoner avant de faire le déplacement +32(0)2/569.33.48

Brasserie Angerik Snakkaertstraat, 30 1700 DILBEEK

Richement Bière 2008… Les copains d’abord!

Article et photos de G. Salvaggio

Si traditionnellement, la période allant d’octobre à février a toujours contraint les reporters du site à un certain repos forcé faute de festival alléchant, il faut bien le reconnaître : l’hiver 2007-2008 aura été des plus propices à la découverte. Après le chaleureux festival des Bières de Noël de Stembert qui s’était tenu au mois de décembre non loin de la frontière allemande, qui aurait pu penser que me je serais embarqué dans un périple de 500 bornes, question d’aller voir si de l’autre côté de la frontière, la bière au pays de Saint-Arnould, on sait aimer la bière ?

Mais l’occasion était trop belle… Le 29 décembre, les Forestins annoncent qu’ils seront de la partie… S’ils y vont, c’est que ça doit valoir la peine. Mais 250 km, c’est beaucoup et le week-end est vraiment très chargé. Le 10 janvier, Stouf renchérit : lui aussi sera là… Là, on ne joue plus dans la même cour. C’est que le bonhomme aura eu son bon millier de kilomètres dans les jambes pour le seul trajet aller. Me sentirais-je, à ce point, si peu courageux face à un tel défi ? Le lendemain, c’est le coup de grâce. Notre ami Funk, pourtant bien au chaud à Paris, sera lui aussi de la partie. Et c’est la folie chez les Bièrebellois : d’autres disent qu’ils iront, c’est sûr.

Alors, deux clicks et c’est parti : le programme a l’air si alléchant et si varié. Des brasseurs de France, bien sûr, certains venus de Bretagne, d’autres du Jura, mais aussi des Belges et Luxembourgeois. Des conférences sont annoncées. Des jeux en bois disparus de nos bistrots égayeront les enfants par essence plutôt buveurs de limonade.

Mais il en faut pour tout le monde. Des livres seront en vente, des conférences seront offertes, avec une intervention remarquée de Philippe Voluer sur les moines et la bière. Un autocar de touristes se sera d’ailleurs déplacé pour cette occasion. Et pour couronner le tout, une superbe exposition pédagogique sur 150 ans de présence brassicole relative à cette région si peu connue des pauvres diables de Belges que nous sommes. Non, il faut y aller. A ce moment-là, je ne sais pas que l’événement n’est que bisannuel.

14 heures. Nous arrivons à Richemont, chaleureusement accueillis par l’équipe des parkings. C’est déjà l’occasion d’admirer l’impeccable organisation de l’événement, et d’échanger quelques mots sur ce qui pousse les Belges à se perdre dans la banlieue de Thionville.

L’événement se déroule en partie dans une salle communale, en partie sous chapiteau. Les deux parties, parfaitement assemblées pour ne faire qu’une, offrent alors le spectacle de dizaines et dizaines de bières inconnues. Un écran géant est même dressé et diffuse en permanence l’actualité du festival, que des dizaines de sponsors, parfois prestigieux, soutiennent dans une région si défavorisée. Un passionné a reconstitué une houblionnière sous forme de maquette. Chapeau, vraiment…

Il n’y a pas encore trop de monde, mais ça arrive… Trouver une place de parking relèvera bientôt de l’exploit. Mais l’important n’est pas là. Les copains d’abord. Les retrouvailles, les accolades, les échanges de breuvage : «Ca faisait longtemps, hein ? Je n’aurais jamais cru que tu viendrais… Ben si, quand j’ai su qu’Untel viendrait, je n’ai pas hésité une seule seconde. Au fait, Machin te cherche. On lui a dit que tu passerais». On s’était dit rendez-vous dans…

Au passage, un brasseur nous reconnaît (ou le contraire). Toutes ces bornes pour voir des gens déjà connus. Mais qu’importe… Tout le monde va chez tout le monde et le plaisir d’offrir une bière tirée du fût n’a plus rien de commercial. Marie, bien sûr, s’est entre-temps installée derrière un comptoir : «Allez, je vous donne un coup de main»… C’est ça, le monde de la bière. Faut croire que Stouf avait raison : la mot «bière» ne peut avoir qu’un seul synonyme : celui de con-vi-via-li-té. Le plaisir de se trouver devant une bonne mousse. Et même si cette dernière n’avait pas été là, le simple plaisir de se retrouver, tous ensemble.

Pendant sa très belle conférence sur les moines et la bière, Philippe Voluer n’avait pas manqué de rappeler la légende de Saint-Arnould selon laquelle cet évêque de Metz avait, au VII° siècle, multiplié les chopes de bière pour empêcher les habitants de boire de l’eau infestée par la peste.

Je me demande, tout de même, si le Grand Saint n’est pas revenu, le temps de quelques heures, refaire son coup dans sa douce Lorraine, laquelle, en 2010, vous offrira à coup sûr, ces quelques moments de bonheur que seule la bière peut encore offrir aux hommes de bonne volonté.


Liste des exposants de l’édition 2008

Après les retrouvailles, le travail. Le nouveau jeu de Stouf : Dégustez sans laisser tomber…

La Bière dans les Abbayes. Une conférence de Philippe Voluer suivie par plus de 40 personnes.

Stand littérature brassicole. Livres neufs et d’occasion pour toutes les bourses.

Travail et bonne humeur au stand Forestinne, à partir duquel on pouvait suivre le festival en direct sur écran géant.

Une exposition pédagogiquement très réussie. Le thème : 150 ans de bière en Meurthe-et-Moselle.

La mascotte de l’édition 2008 : une houblonnière reconstituée sous forme de maquette.

Et va pour une spécialité gastronomique régionale, du saucisson frais à la bière au pâté gaumais, tout est permis…

Quand les jeux d’antan resurgissent du passé…