Au détour d’un festival: découvertes brassicoles en Ardennes françaises

Ce 1er mai 2013 avait lieux la première édition de l’Arden Brew Fest à Haybes (Ardennes), non loin de Givet. Au-delà de son carde idyllique en bord de Meuse, le festival, dont l’édition 2014 est déjà prévue, mettait à l’honneur les bières des Ardennes françaises et belges mais aussi d’autres brasseurs venant des départements alentours.

ardenInitiateur du projet, Jean Thierry Lechein, brasseur de la Brasserie de Sedan, avait choisi le Clos Belle Rose, bâtisse transformée en maison d’hôte, pour mettre à l’honneur l’histoire brassicole qui unit nos deux pays. Je profite donc de cet article pour vous faire part de certains coups de cœur (la liste de toutes les bières présente étant longue). Jean-Thierry est également à l’initiative d’un renouveau brassicole dans le département. Avec un projet de brasserie-mobile, il a pour but d’amener son savoir-faire dans les villages de France et cela afin de recréer les bières d’antan. Un projet à suivre de près et qui s’est déjà concrétisé à Haybes.

Profitant de la pureté d’une source d’eau unique, qualité et composition minérale variant selon les régions, la ville de Haybes renoue ainsi avec son passé brassicole avec l’ouverture de sa micro-brasserie; la Brasserie de Haybes. Cette dernière, située dans les caves du Clos Belle Rose, offre déjà son premier brassin, l’Hayboise, qui était en primeur à l’Arden Brew Fest. Bière ambrée utilisant trois grains et trois houblons dont l’arôme rappelle le moût pour un malté agréable balancé par des houblons nobles restant discret, mais procurant suffisamment d’amertume pour nuancer les malts.

Au niveau des bières ardennaises, la Brasserie de Sedan était présente avec deux bières qui sont tournées vers la nouvelle vague de bières qui mettent les qualités amérisantes et fruitées des houblons avec ici un style que Jean-Thierry présente d’Arden Pale Ale et une triple. La plus récente des créations est la Be Hoppy qui utilise des houblons américains Amarillo et Cascade. Le résultat est surprenant avec un houblonnage généreux qui est en parallèle à des malts un peu plus foncé et qui pour mon palais, amateur d’IPA américaines, place la bière dans un style en vogue de la Black IPA. La Prince’s Beer est-elle dans une palette houblonnée aromatique oscillant entre pamplemousse et citron vert. On retrouve deux bières d’exceptions avec un cachet qui séduira les amateurs de houblons tout en restant facile d’accès pour ceux qui commencent à découvrir ces bières plus houblonnées. Quant à la dernière, la Triple 8 est une bière bio qui se caractérise par l’usage de Guarana.

Sortant du département, la Brasserie Forest située à Monceau-Saint-Waast (Nord) offrait quant à elle trois produits que je situe plus dans le caractère des bières de garde françaises qui rivalisent avec le style saison que l’on retrouve aussi en Wallonie. Deux bières étaient disponible, l’Avesnoise Ambrée et Blonde qui se distinguaient par des malts procurant tout au long de la dégustation de fines notes de fumé, le tout était complété par des houblons nobles venant tous de la région du Nord. Une petite dernière, l’Abbaye de Maroilles présentait quant à elle un profile plus fort en alcool de par sa triple fermentation et est agrémentée par un ajout subtile de cannelle et cumin. Une combinaison intéressante qui confère à la bière un profil unique.

br forestDans la même région, la Brasserie Artésienne située à Auchy-les-Mines (Pas-de-Calais) proposait pas moins de six bières. Parmi la liste, mes préférées se retrouvaient dans une bière blonde au chanvre, la Weed. Au-delà de son côté clairement Bob Marley, cette dernière proposait un palais unique donnant un profil fruité et citronné en bouche tout en conservant ce côté herbacé-sec. Petite dernière de la brasserie, la St Glinglin Houblon vient garnir la série St Glinglin. Ici, on déguste une bière tirant vers l’IPA mais qui est capable de garder les caractéristiques d’une blonde française surtout au niveau de la base des grains. Les saveurs sont somptueuses avec un profil de fraîcheur qui n’est pas sans rappeler le bouquet des houblons frais. Cela se ressent aussi en bouche avec un palais qui reste très herbacé. En effet, le brasseur explique que ce goût particulier vient de l’ajout du houblon Cascade dès la première ébullition. Houblon qui reste présent tout au long du brassage.  Encore une fois, la brasserie fait ici usage d’un houblon cultivé localement. Même si les cultivateurs peinent à varier la variété des houblons, ce qui empêche l’alternance dans les bières, force est de constater que de nombreux brasseurs optent pour des productions qui autant que possible, font usage de houblons et malts régionaux.

Continuant vers le sud, la Brasserie artisanale Petrazoller du Bas-Rhin offrait sa gamme bière de Moon. La série, clairement orientée vers un design gothique, proposait quatre bières: un stout, une blonde, une ambrée et une pale ale. On retrouve des bières traditionnelles que la brasseuse revendique de caractère alsacien, ce qui est tout à son honneur. Le stout m’a particulièrement impressionné par son caractère sec et malté laissant également une pointe de torréfié et de chocolaté. A noter aussi l’usage d’un houblon alsacien Triskel qui démontre encore une fois la volonté des brasseurs de favoriser la culture locale. Houblon agréable alliant à la fois fruité et amertume et qui se démarque des variétés nobles et neutres qui sont encore trop souvent plébiscitées. Le résultat donne aux bières de la Brasserie artisanale Petrazoller finesse et saveur.

MoonAutre invité français, la Brasserie Masclaux, que j’ai trouvé un peu plus discrète. Cette dernière, située à Reims (Marne), proposait trois bières dont une blonde, une blanche ainsi que la Rouge et Blanche, une ambrée aux couleurs du club de football de Reims. Le profil général des bières reste très proche de nos bières belges. L’ajout d’épices rappelant la coriandre est appréciable et relève le caractère des blondes qui se rapprochent de ce fait plus des bières blanches.

Du côté belge, la Brasserie Lupulus et Saint-Monon étaient aussi de la partie avec leur gamme habituelle. Autre surprise belge du festival était la présence d’Emanuele Corazzini de NovaBirra qui est associé à Jean Thierry pour le festival, mais aussi pour des projets de cours de brassage qui vont voir le jour à Haybes. Manu proposait une nouvelle bière, Li P’tite Gayoûle qui est le fruit du 1er effort collaboratif entre NovaBirra et des étudiants ayant participé aux cours de brassage organisés par Manu. Actuellement brassée chez De Ranke, la bière se veut  une bière de saison légère et rafraîchissante, de couleur blonde se situant à mi-chemin entre une American amber et une India Pale Ale. Le point intéressant de cette nouvelle bière est l’usage de la variété de houblon Mozaic. Ce houblon est assez récent, et procure un profil et un bouquet parfumés tirant fortement vers le citronné. Il garde ce côté neutre des houblons nobles que l’on retrouve dans nombre de bières belges, mais ajoute ici une dimension fruitée qui en fait un houblon pratique pour un usage multiple.

En résumé, l’Arden Brew Fest m’a donné l’occasion de voir la passion qui habite tous ces brasseurs, il était donc normal que je leur dédie cet article. Je vous invite à mettre l’Arden Brew Fest dans vos favoris et à ne pas hésiter à passer la frontière pour l’édition 2014. Ces découvertes confirment un paysage brassicole français qui continue d’évoluer et rencontre aussi un nouvel engouement pour les bières venant de brasseries locales.Ce terroir brassicole mérite d’être visité et dégusté, mais toujours avec modération.

Santé et vive le houblon!

Sébastien

Crédit photo: Arden Brew Fest

Ce contenu a été publié dans Bières étrangères, Dégustations, Evenements brassicoles par Sébastien Jadot, et marqué avec , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.
Sébastien Jadot

A propos Sébastien Jadot

Sébastien « Seabass » Jadot est un passionné de bières. Après 14 ans aux Etats-Unis, où il fut un participant actif de la scène ‘craft’ avant d’intégrer l’équipe de la brasserie Cigar City à Tampa en Floride, c’est en 2011 qu’il décida de revenir en Belgique. Cette passion pour la culture de la bière est mêlée à son goût des voyages et à la défense des patrimoines brassicoles. Vous le retrouverez souvent lors de festivals à travers l’Europe armé de son stylo et de son carnet de notes. C'est donc naturellement qu'il est à la plume des articles du blog de Bierebel.

Laisser un commentaire